Vous êtes ici : Accueil / Publications / Titres / À la Une / Septembre 2018 - Choisir ses études, une question de genre

Septembre 2018 - Choisir ses études, une question de genre

Institut Bruxellois de Statistique et d'Analyse (IBSA) - À la Une - Répartition des inscriptions dans l'enseignement supérieur bruxellois par domaine d'étude selon le genre.

En 2015-2016, la Région de Bruxelles-Capitale comptait plus de 100.000 étudiants dans ses établissements[1] d’enseignement supérieur. Parmi ceux-ci, 57 % étaient des femmes.

 

Répartition des inscriptions dans l'enseignement supérieur bruxellois par domaine d'étude selon le genre - 2015-2016
 


 

Source : ULB, UCL-Woluwe, USL-B, KUL-Brussel, VUB, Communauté flamande (dataloep hoger onderwijs), Communauté française (ARES)
*Enseignement supérieur non universitaire uniquement (Écoles supérieures des Arts).

 

Le graphique illustre la répartition des étudiantes et des étudiants bruxellois parmi les quatre grands domaines d’études de l’enseignement supérieur. Il apparait clairement que la notion de genre n’est pas anodine dans le choix des études supérieures.

 

Les sciences de la santé, humaines et sociales plébiscitées par la gente féminine

En Région bruxelloise, plus de la moitié des étudiants font des études dans le domaine des sciences humaines et sociales. Environ 60 % des femmes font ce choix d’études en 2015-2016 contre un peu plus de 50 % des hommes.

Le second domaine le plus choisi en Région bruxelloise est le domaine des sciences de la santé. Les femmes sont plus enclines à choisir les sciences de la santé que les hommes, puisque 30 % d’entre elles choisissent ce domaine contre seulement 20 % des hommes.

 

Les sciences et techniques, une affaire d’hommes ?

Vient ensuite le domaine des sciences et techniques, dans lequel les hommes sont beaucoup plus nombreux que les femmes : 22 % des étudiants contre seulement 7 % des étudiantes. Les hommes font le choix des sciences et techniques aussi souvent que celui des sciences de la santé, tandis que pour les femmes, c’est un choix clairement peu fréquent. Enfin, le domaine des arts est quant à lui autant plébiscité par les femmes que par les hommes, et représente environ 5 % des choix d’études dans l’enseignement supérieur bruxellois.

Le choix des études n’est pas anodin dans une perspective de carrière et de développement de la société. Certaines études sont en lien direct avec des besoins criants en ressources humaines dans des métiers en pénurie comme par exemple les ingénieurs ou les informaticiens dans le domaine des sciences et techniques. Dès lors, constater que seuls deux étudiants sur dix et moins d’une étudiante sur dix choisissent ces études est interpellant.

 

 En savoir plus ?

Consultez le Focus de l’IBSA n°26, « Étudier les sciences et techniques, une affaire d’hommes ? ». Retrouvez également plus de données statistiques concernant l’Enseignement sur le site de l’IBSA.

 


[1] Les établissements pris en compte sont les hautes écoles, les écoles supérieures des arts et les universités dès lors que l’implantation où le cursus est donné se trouve sur le territoire de la Région bruxelloise.