Vous êtes ici : Accueil / Publications / Titres / À la Une / Octobre 2019 - Le congé parental, pris différemment par les hommes et les femmes

Octobre 2019 - Le congé parental, pris différemment par les hommes et les femmes

Institut Bruxellois de Statistique et d'Analyse (IBSA) - À la Une - Le congé parental des Bruxellois

En Région de Bruxelles-Capitale, les femmes sont plus nombreuses à interrompre leur carrière pour s’occuper de leurs enfants. La proportion d’hommes bruxellois prenant un congé parental augmente mais ils n’optent pas pour le même type de congé. Les femmes privilégient plus que les hommes l’interruption à temps plein, tandis que ceux-ci réduisent plutôt leur temps de travail d’un cinquième. C’est surtout au cours de la première année qui suit la naissance de leur enfant que les Bruxellois (et encore une fois, essentiellement les femmes) ont recours au congé parental.
 

Un quart des congés parentaux sont pris par des hommes

Le congé parental permet aux salariés de réduire leur temps de travail ou d’interrompre leur carrière pendant quelques mois pour s’occuper d’un enfant de moins de 12 ans. Ces salariés perçoivent une allocation mensuelle d’interruption de l’Office national de l’Emploi (ONEM). En 2018, en moyenne 4 144 de ces allocations ont été versées chaque mois à des Bruxellois. 73 % ont été versées à des femmes. En 2010, huit ans plus tôt, ce chiffre s’élevait à 80 %. Le congé parental se masculinise donc doucement.
 

Congé parental des Bruxellois selon le régime et le sexe: 2018 (moyenne annuelle)
 

Source : ONEM
 

Le congé parental peut être pris sous diverses formes :

  • une interruption de carrière à temps plein pour un total de quatre mois par enfant ;
  • pour les travailleurs à temps plein, une réduction du temps de travail soit de moitié pour un total de 8 mois, soit d’1/5e pendant 20 mois1


Les hommes et les femmes ne prennent pas les mêmes types de congé parental. Les femmes optent plus que les hommes pour une interruption de carrière à temps plein (37 % des allocations versées contre 21 % pour les hommes). Les pères choisissent quant à eux plutôt la réduction d’1/5e de leur temps de travail (73 % des allocations versées contre 57 % pour les femmes). La possibilité de travailler à mi-temps n’est populaire ni auprès des hommes ni auprès des femmes.
 

Un pic pendant les vacances d’été

Juillet et août sont des mois privilégiés pour prendre un congé parental par rapport au reste de l’année. Durant ces mois d’été, le nombre moyen de paiements est passé à 5 314 (5 605 en août), par rapport à une moyenne de 3 910 en dehors de la période des vacances. L’option la plus fréquente est alors l’arrêt de travail à plein temps : 55 % des paiements, contre seulement 27 % les autres mois.

 

De nombreuses femmes prennent leur congé parental durant la première année de leur enfant

L’âge moyen d’une mère bruxelloise à la naissance de son enfant est de 31,6 ans (contre 30,4 ans en Région flamande et 30,3 ans en Région wallonne)2. En toute logique, 60 % des allocations versées pour congé parental le sont à des personnes âgées de 30 à 39 ans.
 

Congé parental des Bruxellois en fonction de l'âge de l'enfant : 2018 (moyenne annuelle)
 

Source : ONEM
 

Le graphique ci-dessus montre le nombre d’allocations versées en fonction de l’âge de l’enfant au moment du paiement3. Deux éléments ressortent :

  • près d’un tiers des paiements sont effectués dans le cadre d’un congé parental pour un enfant de moins d’un an (1 318 sur une moyenne de 4 144 allocations versées aux Bruxellois) ;
  • ce sont principalement les femmes qui prennent un congé parental au cours de la première année suivant la naissance de leur enfant. Plus de la moitié de ces femmes (52 %) prennent une interruption de carrière à temps plein d’au moins un mois.

 

Méthodologie et source

Les statistiques concernant le congé parental proviennent de l’ONEM, l’Office national de l’Emploi. Il est responsable de l’assurance chômage et du traitement des dossiers relatifs aux interruptions de carrière des travailleurs. Outre le congé parental, il existe d’autres possibilités de suspension temporaire ou de réduction des activités professionnelles pour s’occuper d’un enfant, telles que le crédit-temps dans le secteur privé et l’interruption de carrière normale dans le secteur public. Le congé parental est de loin l’option la plus utilisée par la population bruxelloise. Depuis juin 2019, les conditions du congé parental ont été assouplies, permettant de réduire les prestations d’1/10 moyennant l’accord de l’employeur ou de prendre un congé plus court.

Les statistiques présentées dans ce "À la Une" proviennent du nombre d’allocations mensuelles versées par l’ONEM pour compenser partiellement la perte de salaire. Les congés parentaux pris sans allocation ne sont donc pas intégrés dans ces statistiques.

Une personne en arrêt de travail à temps plein a droit à 4 mois d’allocations de l’ONEM par enfant, contre 8 mois pour le mi-temps et 20 mois pour la réduction d’1/5e. Cela influence les moyennes annuelles par régime de temps de travail.

 

 En savoir plus ?

Retrouvez les chiffres concernant le congé parental, les interruptions de carrière, le crédit-temps et autres congés thématiques dans le thème "Marché du travail".

 


[1] Depuis juin 2019, les conditions du congé parental ont été assouplies, permettant de réduire les prestations de 1/10, moyennant l’accord de l’employeur. Ceci n’est toutefois pas encore applicable aux chiffres repris ici.
[2] https://statbel.fgov.be/fr/themes/population/naissances-et-fecondite.
[3] Il importe de noter que ces chiffres ne tiennent pas compte de l’existence ou non d’une fratrie. Ainsi, une personne peut prendre un congé parental par exemple, pour un enfant âgé de 5 ans, juste après la naissance de son 2ème ou 3ème enfant, afin d’épuiser en premier lieu les congés liés à l’aîné avant ses 12 ans.