Vous êtes ici : Accueil / Publications / Titres / À la Une / Mars 2018 - Répartition des sols pollués et présumés pollués à Bruxelles

Mars 2018 - Répartition des sols pollués et présumés pollués à Bruxelles

Institut Bruxellois de Statistique et d'Analyse (IBSA) - À la Une - Répartition des parcelles inscrites à l’inventaire de l’état du sol selon leur catégorie de pollution

L’inventaire de l’état du sol, réalisé par Bruxelles Environnement, offre une vision d’ensemble des sols pollués et présumés pollués en Région de Bruxelles-Capitale. Au 1er février 2018, il comprend 14 607 parcelles cadastrales couvrant une superficie totale de 3 146 hectares. C’est près de 20 % de la surface régionale.
 

Répartition des parcelles inscrites à l’inventaire de l’état du sol selon leur catégorie de pollution, au 1er février 2018 (superficies par catégorie, en hectares)
 

Graphique : Répartition des parcelles inscrites à l’inventaire de l’état du sol selon leur catégorie de pollution

Comment lire la figure ?

La figure présente deux graphiques en secteurs, le plus petit étant un sous-ensemble du plus grand.

Le graphique principal affiche la répartition des parcelles en catégories 0 à 4 et comprend également un secteur synthétisant toutes les parcelles en catégories « 0+ ». Ces catégories peuvent être interprétées comme suit :

  • La catégorie 0 correspond aux parcelles non encore étudiées, pour lesquelles il existe des doutes quant à une pollution éventuelle (risque inconnu pour la santé et l’environnement).
  • Les catégories 1 à 4 correspondent à des parcelles qui ont fait l’objet d’une étude de sol :
    • 1 = parcelles non polluées ;

    • 2 = parcelles légèrement polluées sans risque ;

    • 3 = parcelles polluées sans risque ;

    • 4 = parcelles polluées en cours d’étude ou de traitement.

  • Les catégories 0+ correspondent à des parcelles pour lesquelles il y a déjà eu un diagnostic mais qui doivent faire l’objet d’une nouvelle étude. Les raisons peuvent être une nouvelle activité à risque qui s’est installée sur la parcelle, une nouvelle suspicion de pollution ou encore une activité à risque préexistante qui n’a pas pu être investiguée entièrement.

Le graphique secondaire détaille la répartition des parcelles 0+ selon les sous-catégories qu’elles peuvent prendre. La classification des sous-catégories 1 à 4 est la même que ce qui est présenté ci-dessus pour les catégories principales 1 à 4.

La codification des couleurs est identique à celle utilisée pour la carte de l’état du sol.
 

La carte de l’état du sol

L’inventaire de l’état du sol est un outil dynamique dont le contenu évolue quotidiennement en fonction des activités créées, cédées ou cessées, des accidents signalés et des études et travaux réalisés. Il peut être visualisé sous forme d’une carte interactive qui reprend toutes les parcelles de l’inventaire pour lesquelles Bruxelles Environnement possède des informations vérifiées. Cette carte est consultable en ligne sur le site web de Bruxelles Environnement.

 
Que nous indique le graphique principal ?

Si l’on examine les catégories par ordre croissant, les constatations sont les suivantes :

  • 27 % de la superficie reprise à l’inventaire (836 ha), soit 5,2 % de la surface régionale, concerne des parcelles non encore étudiées (catégorie 0). Le risque pour la santé et l’environnement y est donc encore inconnu.
  • 25 % de la surface inventoriée (791 ha) est catégorisée comme non polluée ou (légèrement) polluée sans risque (catégories 1 à 3). Le risque y est nul ou maitrisé. Aucune obligation ne pèse sur ces parcelles, sauf si l’on y installe de nouvelles activités à risque. Par contre, les terres excavées sur les parcelles en catégorie 2 et 3 ne peuvent pas être réutilisées sur un autre terrain bruxellois. Il existe également des restrictions d’usage pour les parcelles en catégorie 3.
  • 8 % de la superficie reprise à l’inventaire (245 ha) est constituée de parcelles polluées où le risque est non négligeable (catégorie 4). Les parcelles concernées font l’objet d’études ou de mesures diverses : assainissement, gestion du risque, traitement de durée limitée ou mesures d’urgence. Des obligations doivent être respectées avant la vente ou la cessation de la parcelle.
  • 40 % de la surface inventoriée (1 274 ha) a déjà fait l’objet d’une étude, qui doit être complétée (catégorie 0+). Le risque doit y être réévalué ou est en cours de réévaluation.
     

Le graphique principal nous apprend aussi que 67 % de la superficie inventoriée (2 110 ha) correspond à des parcelles où le risque est encore inconnu ou doit être réévalué (addition des catégories 0 et 0+). Ce pourcentage était de 76 % pour les 14 700 parcelles inventoriées au 31 décembre 2014 (Bruxelles Environnement, État de l’Environnement bruxellois, Rapport 2011-2014). Avec les années, l’état des parcelles à l’inventaire est de mieux en mieux caractérisé et un glissement peut s’opérer des catégories 0 et 0+ vers les autres catégories.
 

Que nous précise le graphique secondaire ?

Le graphique secondaire détaille les différentes sous-catégories 0+. La principale constatation est la prédominance de parcelles catégorisées 0+4, c’est-à-dire des parcelles polluées qui doivent faire l’objet d’études complémentaires (595 ha, soit 19 % de la superficie inventoriée).

En combinant les chiffres issus des deux graphiques pour les catégories 4 et 0+4, on arrive à 27 % de la superficie inventoriée (840 ha ou 5,2 % du territoire bruxellois) où la pollution est avérée et nécessite d’être étudiée, voire traitée. À l’heure actuelle, le risque y est donc considéré comme non négligeable pour la santé et/ou l’environnement.

 

 En savoir plus ?

De nombreuses statistiques sur l’environnement sont disponibles sur la page thématique Environnement et Energie du site web de l’IBSA. Les tableaux « Environnement et territoire » comprennent, entre autres, des statistiques sur la pollution des sols en Région de Bruxelles-Capitale.