Vous êtes ici : Accueil / Publications / Titres / À la Une / Mai 2019 - Et si l’on tenait compte de l’emploi international ?

Mai 2019 - Et si l’on tenait compte de l’emploi international ?

Institut Bruxellois de Statistique et d'Analyse (IBSA) - À la Une - Situation sur le marché du travail de la population bruxelloise en âge de travailler.

Situation sur le marché du travail de la population bruxelloise en âge de travailler (2016)
 

Source : Steunpunt Werk & IBSA
 

Les institutions européennes et internationales installées en Région de Bruxelles-Capitale emploient près de 50 000 personnes sur le territoire régional. Cet « emploi international » passe pourtant sous le radar de certaines statistiques sur l’emploi. Cet « À la Une » explique les raisons de cette lacune et les moyens mis en œuvre par l’IBSA pour y remédier. Le résultat est parlant : lorsque l’on intègre l’emploi international dans les statistiques, le taux d’emploi et le taux d’activité augmentent de 4 points de pourcentage[1], tandis que le taux de chômage diminue de 1 point de pourcentage.


Les statistiques administratives du marché du travail : précises mais pas toujours exactes

Les Bruxellois en âge de travailler (voir encadré 1) se répartissent en trois groupes :

  • les Bruxellois qui travaillent (population en emploi) ;
  • les Bruxellois qui cherchent du travail (population au chômage) ;
  • les Bruxellois qui ne font ni l’un ni l’autre (population inactive). Cette dernière catégorie comprend entre autres les étudiants, les hommes et les femmes au foyer, les pensionnés et les personnes en pause-carrière.


Les différents indicateurs caractérisant le marché du travail (taux d’emploi, d’activité et de chômage) découlent des proportions de ces trois catégories (voir encadré 1).
 

1. Définitions

  • Le taux d’activité est le rapport entre la population active (population en emploi et au chômage) et la population en âge de travailler, soit la population âgée de 15 à 64 ans.
  • Le taux d’emploi est le rapport entre la population en emploi et la population en âge de travailler.
  • Le taux de chômage est le rapport entre la population au chômage et la population active.
     

 

Il existe plusieurs manières de mesurer la population en emploi, au chômage et inactive. La plus précise se base sur des données administratives. Celles-ci sont précises car elles visent à déterminer la situation sur le marché du travail de chacune des personnes de la population, contrairement aux données d’enquête qui se basent sur la situation d’un échantillon. Elles ont toutefois un inconvénient important pour la Région bruxelloise : les employés des institutions européennes et internationales y sont à tort répertoriés comme « inactifs », car ils ne sont pas enregistrés comme « travailleurs » auprès des administrations belges.

 

2. Pourquoi les employés internationaux ne sont-ils pas repris dans les données administratives sur l’emploi?

Les données administratives proviennent des administrations auprès desquelles sont enregistrés les travailleurs et les demandeurs d’emploi. Pour la Région de Bruxelles-Capitale, les travailleurs sont déclarés à l’ONSS s’ils sont salariés, et à l’INASTI s’ils sont indépendants. Les demandeurs d’emploi s’inscrivent chez Actiris. Dans la catégorie « population inactive » se trouve toute personne résidant à Bruxelles, en âge de travailler et qui n’est pas reprise dans les bases de données de travailleurs ou de demandeurs d’emploi. Les salariés des institutions européennes et internationales sont dans ce dernier cas, car ils sont sous un régime de sécurité sociale autre que celui de l’ONSS.


L’IBSA à la rescousse : le recensement de l’emploi international

Pour pallier cette lacune, l’IBSA a entrepris un recensement exhaustif de ces employés internationaux. Comme leurs données ne sont centralisées auprès d’aucune administration, elles ont été collectées directement auprès des employeurs. Grâce à la collaboration de plus de 50 employeurs européens et internationaux, l’IBSA publie depuis deux ans des statistiques annuelles précises sur le nombre d’employés internationaux et leurs caractéristiques.

Pour intégrer les employés internationaux dans les statistiques de l’emploi, il faut déterminer combien, parmi eux, sont erronément considérés comme inactifs dans les statistiques administratives. En d’autres termes, il faut déterminer le nombre de travailleurs internationaux en âge de travailler et enregistrés comme résidents de la Région bruxelloise. Au total, 48 278 personnes travaillent à Bruxelles dans les institutions européennes et internationales. Si on soustrait de ce chiffre ceux qui ont 65 ans ou plus, ceux qui résident en dehors de Bruxelles, et ceux qui ne figurent pas dans le Registre national (diplomates et consuls), il reste 30 627 personnes.


L’impact de l’emploi international sur les statistiques du marché du travail

Plus de 30 000 personnes passent donc de la catégorie « inactifs » à la catégorie « en emploi », lorsque l’on tient compte de l’emploi international. Cette correction a un impact important sur les indicateurs du marché du travail :

  • le taux d’emploi passe de 49 % à 53 % ;

  • le taux d’activité passe de 61 % à 65 % ;

  • le taux de chômage passe de 20 % à 19 %.

Intégrer l’emploi international dans les statistiques administratives (voir encadré 3) conduit à une image de l’emploi bruxellois plus proche de la réalité. Grâce au recensement de l’IBSA sur l’emploi international et à toutes les institutions qui y collaborent, c’est désormais possible.
 

3. Sources de données

Parmi les différentes sources de données permettant de calculer les statistiques sur l’emploi, certaines tiennent compte de l’emploi international, comme par exemple les données de l’Enquête sur les Forces de Travail, réalisée par Statbel. Actiris effectue aussi une correction pour l’emploi international dans le calcul du taux de chômage.

Dans ce « À la Une », les statistiques utilisées proviennent du Vlaamse arbeidsrekening 2016 élaboré par le Steunpunt Werk, qui n’inclut pas d’emblée l’emploi international. À partir de 2019, les statistiques du Steunpunt Werk intégreront systématiquement les données relatives à l’emploi international collectées par l’IBSA.

 

 En savoir plus ?

Retrouvez les chiffres sur les travailleurs internationaux par commune dans la thématique « Marché du travail - emploi intérieur » du site de l’IBSA.

Découvrez l’analyse de ces chiffres dans le Focus de l’IBSA n°24 : L’emploi international, enfin présent dans les statistiques sur le marché du travail.


[1] Le point de pourcentage est l’unité de la différence absolue entre deux chiffres exprimés en pourcents. Ainsi, entre un taux d’emploi de 49 % et un taux d’emploi de 53 %, la différence est de 4 points de pourcentage.