Vous êtes ici : Accueil / Publications / Titres / À la Une / Mai 2018 - Un Bruxellois salarié sur trois travaille à temps partiel

Mai 2018 - Un Bruxellois salarié sur trois travaille à temps partiel

Institut Bruxellois de Statistique et d'Analyse (IBSA) - À la Une - Part des travailleurs à temps partiel parmi les Bruxellois salariés âgés de 15 à 64 ans.

Part des travailleurs à temps partiel parmi les Bruxellois salariés âgés de 15 à 64 ans (en %), 2006-2016
 

Source : Steunpunt Werk, calculs IBSA
 

Méthodologie

Un Bruxellois salarié est une personne domiciliée en Région de Bruxelles-Capitale qui travaille en tant que salarié dans une des 3 régions de Belgique.

La part des Bruxellois salariés travaillant à temps partiel est calculée sur la base des données statistiques concernant le nombre de salariés par lieu de résidence, régime de travail et sexe du Steunpunt Werk.

Le régime de travail comprend trois catégories : régime à temps plein, régime à temps partiel et régime spécial. Le régime à temps partiel comprend les prestations d’un travailleur qui ne preste en moyenne qu’une partie du temps de travail accompli par un travailleur à temps plein (« travailleur de référence ») qui, dans l’entreprise ou, à défaut dans le secteur, effectue le même travail que l’intéressé.

Le Steunpunt Werk établit les données statistiques sur le nombre de salariés selon les méthodes d’estimation des comptes de l’emploi. Les comptes de l’emploi constituent un système de statistiques intégrées et cohérentes dans le domaine du marché du travail. La ventilation par régime de travail est obtenue en exploitant notamment les bases de données de l’ONSS et de l’ORPSS (qui a cessé d’exister le 1er janvier 2017 et l’ONSS a repris ses missions).

Ces statistiques sont comptabilisées en moyenne annuelle.


Des disparités importantes entre les femmes et les hommes

En 2016, selon les chiffres du Steunpunt Werk, 32 % des salariés habitant en Région de Bruxelles-Capitale et âgés de 15 à 64 ans, travaillent à temps partiel. C’est près d’une personne salariée sur 3. Il existe toutefois des différences importantes entre les femmes et les hommes. 43 % des femmes salariées travaillent à temps partiel, contre 20 % des hommes salariés. La part des salariés à temps partiel est 2 fois plus élevée parmi les femmes que parmi les hommes en Région de Bruxelles-Capitale.

Les salariés belges travaillent autant à temps partiel que les Bruxellois, avec une proportion de 35 %. Cependant, les disparités sont beaucoup plus importantes entre les femmes (55 %) et les hommes (16 %). Sur l’ensemble de la Belgique, la part des salariés à temps partiel est ainsi 3 fois plus élevée parmi les femmes que parmi les hommes.

Selon l’enquête sur les forces de travail de Statbel (2016), plusieurs motifs expliquent le travail à temps partiel. Les principaux motifs évoqués pour travailler à temps partiel sont :

  • la garde d’enfants ou de personnes dépendantes,

  • l’emploi souhaité qui n’est offert qu’à temps partiel,

  • le fait de ne pas trouver d’emploi à temps plein,

  • autres motifs personnels ou familiaux.


En Région bruxelloise, comme dans le reste de la Belgique, les femmes sont 4 fois plus nombreuses que les hommes à mentionner le motif lié à la garde d’enfants ou de personnes dépendantes. Les hommes sont en revanche presque 2 fois plus nombreux que les femmes à déclarer travailler à temps partiel car ils ne trouvent pas d’emploi à temps plein.


Le travail à temps partiel progresse depuis 10 ans, particulièrement chez les femmes

De plus en plus de Bruxellois salariés (15 à 64 ans) travaillent à temps partiel. Entre 2006 et 2016, le travail à temps partiel a progressé de manière importante en Région bruxelloise. La part est passée  de 26 % à 32 %, soit une augmentation de 6 points de pourcentage (pp)[1].

Derrière cette augmentation se cache de nouveau une différence hommes – femmes : en 10 ans, le travail à temps partiel des femmes bruxelloises a progressé presque 2 fois plus vite que celui des hommes bruxellois. La part des femmes est passée de 37 % à 43 % (soit 6 pp) et celle des hommes de 17 % à 20 % (soit 3 pp).

Tout comme les Bruxellois, de plus en plus de Belges (15 à 64 ans) travaillent à temps partiel : de 29 % à 35 %, soit une augmentation de 6 points de pourcentage entre 2006 et 2016.
 

 En savoir plus ?

Retrouvez plus de données statistiques concernant les salariés par lieu de résidence, régime de travail et sexe sur la page thématique Marché du travail du site web de l’IBSA.


Bibliographie

 


  [1] Le point de pourcentage est l’unité de la différence entre deux valeurs exprimées en pour cent.