Vous êtes ici : Accueil / Publications / Titres / À la Une / Décembre 2016 - Vit-on plus vieux à Saint-Josse ou à Uccle ?

Décembre 2016 - Vit-on plus vieux à Saint-Josse ou à Uccle ?

Institut Bruxellois de Statistique et d'Analyse (IBSA) - À la Une - Espérance de vie des Bruxellois selon le niveau socio-économique de la commune de résidence.

En 2013, l’espérance de vie à la naissance était de 78,2 ans pour les Bruxellois et de 83,2 pour les Bruxelloises. Même si la différence tend à se réduire, les femmes vivent, de manière générale, plus longtemps que les hommes.

Outre cette différence homme-femme, le graphique ci-dessous présente l’espérance de vie des Bruxellois selon le niveau socio-économique de la commune, pour la période 2009-2013. La différence d’espérance de vie entre les résidents des communes les plus pauvres et ceux des communes les plus aisées est de 3 ans pour les hommes et de 2,5 ans pour les femmes.

Notons que, s’il existe des différences importantes entre les communes en termes de niveau socio-économique des habitants, ces différences sont encore plus marquées à l’échelle des quartiers.
 

Espérance de vie à la naissance selon le sexe et le niveau socio-économique (NSE) de la commune, Région de Bruxelles-Capitale, 2009-2013

 

Calcul du niveau socio-économique de la commune

Le niveau socio-économique (NSE) de la commune est calculé sur base de trois indicateurs (2012) :

  • le revenu médian des déclarations fiscales,
  • le taux de chômage,
  • la proportion de bénéficiaires du revenu d’intégration sociale (18-64 ans).


Sur cette base, la catégorie des communes avec un NSE élevé comprend 5 communes : Auderghem, Uccle, Watermael-Boitsfort, Woluwe-Saint-Lambert et Woluwe-Saint-Pierre.

Les communes avec un NSE bas sont au nombre de six : Anderlecht, la Ville de Bruxelles, Molenbeek-Saint-Jean, Saint-Josse-ten-Noode, Saint-Gilles et Schaerbeek.

Les huit autres communes forment la catégorie intermédiaire (NSE moyen) : Berchem-Sainte-Agathe, Ganshoren, Jette, Koekelberg, Evere, Ixelles, Forest et Etterbeek.

Dans le cas de la présente analyse, le niveau socio-économique des communes est utilisé car les données ne permettent pas de lier directement le statut socioéconomique des personnes avec leur espérance de vie. Le niveau socio-économique des communes sert donc d’indicateur indirect car il permet d’estimer la situation socio-économique des personnes. Néanmoins, si les riches et les pauvres ne sont pas répartis de façon homogène entre les communes, il existe aussi une relative mixité de la population au sein de la plupart des communes. Ainsi, les différences d’espérance de vie entre les personnes les plus riches et les plus pauvres sont sous estimées au travers de l’analyse par commune.

 

Espérance de vie et inégalités sociales

L'espérance de vie reflète l'état de santé général d'une population. La santé dépend de nombreux facteurs, comme le cadre de vie (conditions de travail, qualité du logement), l’environnement social et familial, l’accès aux soins, le style de vie (alimentation, tabagisme, sport, etc.), etc. La situation socio-économique est un déterminant majeur de la santé du fait de son lien avec tous ces autres facteurs. Des revenus plus élevés vont souvent de pair avec de meilleures conditions de travail, permettent un accès plus facile à un logement de qualité et aux soins, une nourriture saine, un abonnement à un club de sport, …

La pauvreté et la santé sont donc étroitement liées. La pauvreté peut mener à une détérioration de l'état de santé et une mauvaise santé peut mener à un appauvrissement. Dès lors, l’amélioration de la santé des plus défavorisés passe aussi par l’amélioration de leur situation socioéconomique.
 

 En savoir plus sur les 19 communes bruxelloises

Télécharger Zoom sur les communes via le site de l’IBSA,

Télécharger Zoom sur les communes via le site de l’Observatoire de la Santé et du Social.