Vous êtes ici : Accueil / Publications / Titres / À la Une / Avril 2019 - D’ici 2025, la population bruxelloise augmentera, mais moins que prévu

Avril 2019 - D’ici 2025, la population bruxelloise augmentera, mais moins que prévu

Institut Bruxellois de Statistique et d'Analyse (IBSA) - À la Une - Évolution de la population de la RBC entre 2005 et 2025 (observée et projetée)

Depuis la fin des années 1990, la population de la Région bruxelloise augmente chaque année. La croissance fut particulièrement importante entre 2007 et 2012, à tel point qu’elle a été qualifiée de boom démographique.

D’ici 2025, les dernières projections démographiques du Bureau fédéral du Plan (BfP) et de Statbel prévoient une croissance modérée de la population de la Région de Bruxelles-Capitale. Cette croissance est inférieure à celle prévue par les projections des trois années précédentes (figure 1).


Figure 1. Évolution de la population de la RBC entre 2005 et 2025 (observée et projetée)
axe vertical : effectif de population (en million d’habitants)
 

Source : Statbel, Bureau fédéral du Plan
 

Des hypothèses modifiées

Lors de la deuxième moitié de l’année 2015, de nombreuses personnes sont arrivées dans la Région pour demander l’asile, en provenance de pays en crise humanitaire et politique du Proche-Orient. Les demandeurs ayant obtenu une autorisation de séjour sont comptabilisés dans la population bruxelloise.

Les projections démographiques du BfP et de Statbel établies en 2016 ont pris en compte cet afflux important, annonçant une croissance annuelle plus élevée pour les années 2016 et 2017. Les projections démographiques communales de l’IBSA 2015-2025 sont basées sur ces projections démographiques.

Dans les faits, dès le début de l’année 2016, le nombre de demandes d’asile a nettement diminué et a retrouvé son niveau d’avant mi-2015. Ce qui fut fréquemment qualifié de « crise de l’asile » n’aura donc duré que six mois, du point de vue démographique.
En conséquence, les projections démographiques ont été revues à la baisse dès 2017. En outre, les dernières projections réalisées par le BfP et Statbel en 2019 prévoient une nouvelle diminution du solde migratoire international[1], qui reste malgré tout positif. Cela réduit encore l’ampleur de la croissance démographique prévue précédemment.
 

Impact sur la population totale

Dès lors, les projections démographiques de 2016 et de 2019 annoncent des croissances très différentes. Ainsi, les projections de 2016 prévoyaient une population de 1,277 million d’habitants en 2025, alors que les projections de 2019 ne prévoient plus que 1,233 million d’habitants. La Région compterait donc, en 2025, 40 000 habitants en moins que prévu. Il y a donc une nette révision à la baisse par rapport aux projections qui ont permis d’établir les projections démographiques communales.


Figure 2. Évolution de la croissance absolue de la population en RBC, entre 2005 et 2025
 

Source : Statbel, Bureau fédéral du Plan


Impact sur la population scolaire

Cette révision à la baisse varie selon l’âge envisagé. Elle est particulièrement importante chez les jeunes enfants (3-5 ans). Ainsi, les enfants en âge d’être scolarisés à l’école maternelle ne seraient que 48 000 en 2025 (projections 2019), contre près de 55 000 prévus auparavant (projections 2016, utilisées pour établir les projections de la population scolaire de l’IBSA), soit une différence de 12 %. Les enfants en âge d’être scolarisés à l’école primaire (6-11 ans) seraient également moins nombreux à l’horizon 2025 (90 700 contre 95 700, soit 5 % de moins). Enfin, les enfants en âge d’être scolarisés en école secondaire (12-17 ans) en 2025 seraient légèrement moins nombreux qu’attendus précédemment (89 100 contre 90 500).


Impact sur le nombre de ménages privés

Cette révision à la baisse de la population projetée se traduit par une révision à la baisse du nombre de ménages privés supplémentaires, de l’ordre de 17 500 unités. Ainsi, la Région compterait en 2025 un peu plus de 562 000 ménages privés (contre près de 580 000 attendus dans la projection 2016 pour la même année 2025).
 

Qu’est-ce qu’une projection démographique ?

Une projection démographique détermine une croissance de la population et des ménages à long terme. Elle se base sur un scénario d’évolution future de la migration internationale, de la migration interne, de la fécondité, de la mortalité et différentes formes de vie commune. Ce scénario est établi sur base des connaissances scientifiques du moment et des tendances observées dans des contextes socioéconomique et démographique donnés. Leur valeur prévisionnelle doit être relativisée.

Quelle est l’utilité d’une projection démographique ?

Elle constitue un outil d’aide à la décision dans de nombreux domaines et permet de cadrer les débats sur l’avenir de notre société dans ses différentes dimensions, telles que l’économie, la mobilité, le logement, l’énergie, l’urbanisation, la santé, le vieillissement, l’environnement, etc. Elle ne prétend cependant pas fournir le nombre exact d’habitants ou de ménages attendus à un horizon donné.

 

Vous trouverez les chiffres détaillés des dernières projections démographiques du BfP et de Statbel (2018-2070) sur le site de l’IBSA.

 


[1] Différence entre le nombre de personnes qui viennent s’installer dans la Région depuis un pays étranger, et le nombre de personnes ayant quitté la Région pour s’installer à l’étranger.