Vous êtes ici : Accueil / Publications / Titres / À la Une / Août 2018 - Qui vit près d’une station de métro ?

Août 2018 - Qui vit près d’une station de métro ?

Institut Bruxellois de Statistique et d'Analyse (IBSA) - À la Une - Part de la population vivant dans un rayon de 500 mètres autour d'une station de métro

Si Bruxelles dispose d'un réseau de transports publics dense et étendu, toute la population de la Région ne réside pas pour autant près d'une station de métro. Certaines zones sont en effet moins bien desservies que d'autres.
 

Part de la population à proximité d'un arrêt de métro (500 m), 2018 (%)
 


La carte ci-dessus met en évidence ces différences. Elle s’appuie sur un découpage du territoire régional en 145 quartiers. Pour chacun de ces quartiers, la part de la population vivant dans un rayon de 500 mètres autour d'une station de métro est évaluée. Les valeurs prises par cet indicateur pour chaque quartier sont représentées par un dégradé de cinq couleurs. Plus la part de la population vivant dans un rayon de 500 mètres autour d'une station de métro est élevée, plus le quartier est dans une couleur foncée. Ainsi, les quartiers en bleu foncé sont ceux qui comptent proportionnellement le plus d’habitants près d’une station de métro (plus de 85% du total des habitants). À l’opposé, les quartiers en vert clair comptent peu ou pas d’habitants domiciliés à moins de 500 mètres d’une station de métro.

Le tracé du réseau de métro est quant à lui représenté par des lignes oranges. Les stations de métro accessibles aux usagers sont situées le long de ces lignes.
 

Zoom sur le métro bruxellois

En 2016, la Société des transports intercommunaux de Bruxelles (STIB) fêtait les 40 ans de son métro. Le réseau du métro a fortement évolué au cours des années et il compte aujourd’hui quatre lignes totalisant 39,9 km.

Deux de ces lignes (2 et 6) suivent le tracé de la petite ceinture aux limites nord, est et sud du Pentagone. Le tracé côté ouest longe la ceinture ouest du chemin de fer et se prolonge (ligne 6) ensuite vers le nord jusqu'au plateau du Heysel.

Les deux autres lignes (1 et 5) traversent le Pentagone et le quartier européen selon un axe est-ouest. À l'ouest, la ligne 1 est limitée à la station Gare de l'Ouest tandis que la ligne 5 se prolonge jusqu'au centre hospitalier et au site d'activités économiques Erasme, à Anderlecht. Côté est, la ligne 5 dessert une ramification allant vers Herrmann-Debroux, à Auderghem, tandis que la ligne 1 continue vers Stockel, à Woluwe-Saint-Pierre.


La carte fait, sans surprise, ressortir la configuration du réseau de métro de la STIB. Les populations vivant dans le Pentagone et sur son pourtour sont particulièrement bien desservies. Elles résident à proximité des lieux de convergence de quasiment toutes les lignes. La densité des stations ainsi que le choix possible de destination y sont donc importants.

En seconde couronne, les valeurs restent élevées tout le long des lignes radiales convergeant depuis les quartiers périphériques vers le centre.

Les zones mal desservies par le métro peuvent être bien desservies par un autre mode de transport (bus, tram ou train, opéré par la STIB, De Lijn, les TEC ou la SNCB). Dans d’autres cas, la desserte reste faible quel que soit le mode de transports en commun considéré.
 

 En savoir plus ?

Quatre indicateurs liés à d’autres modes de transport en commun sont disponibles sur le site du Monitoring des Quartiers. Ils permettent de compléter cette première lecture.

Le Monitoring des Quartiers propose des données statistiques dans des thématiques variées. Récemment, des thèmes comme les nationalités, l’enseignement ou les ménages ont été entièrement mis à jour avec les dernières données disponibles.