Vous êtes ici : Accueil / Publications / Titres / À la Une / Août 2014 - Indicateurs de genre sur le marché du travail

Août 2014 - Indicateurs de genre sur le marché du travail

À la Une - Août 2014 - Indicateurs de genre sur le marché du travail en Région de Bruxelles-Capitale

Depuis l’entrée en vigueur de la loi fédérale « gender mainstreaming » du 12 janvier 2007 et de l’Ordonnance de la Région Bruxelles-Capitale concernant le genre du 29 mars 2012, il est recommandé de ventiler par sexe toutes les données statistiques et d’établir des indicateurs de genre là où cela s’avère pertinent dans les différents domaines de la société. Le marché du travail constitue une des thématiques statistiques où le concept de gender mainstreaming est applicable. Dans ce domaine, toutes les statistiques sont systématiquement ventilées par sexe et les indicateurs de genre sont régulièrement calculés. En outre, ces indicateurs font partie des objectifs européens de l’emploi pour éliminer ou réduire les différences entre hommes et femmes en matière d’emploi et de salaires.
 

a_la_une_page_201408
 

Le graphique présente les principaux indicateurs de genre du marché du travail des Bruxellois âgés de 15 à 64 ans, et ce indépendamment de leur lieu de travail. Les données proviennent de l’enquête sur les forces de travail (EFT) de la Direction générale Statistique et Information économique (DGSIE) et de l’Office Régional Bruxellois de l’Emploi (Actiris). C’est sur base de l’EFT que les indicateurs européens relatifs à l’égalité des sexes sur le marché du travail sont établis. Les données administratives d’Actiris sur les demandeurs d’emplois inoccupés permettent de caractériser, de manière plus détaillée, la population active inoccupée bruxelloise et de croiser systématiquement la variable sexe avec les autres variables spécifiques.

En 2013, 71,9 % des hommes âgés de 15 à 64 ans et habitant la Région de Bruxelles-Capitale sont actifs sur le marché de travail, c’est-à-dire qu’ils sont occupés (comme salarié ou indépendant) ou qu’ils sont à la recherche d’un emploi. Ce taux d’activité1  est moins élevé chez les femmes bruxelloises : il se situe à 58,4 %. Les femmes se retrouvent donc en situation de retrait du marché de travail. Lorsqu’on considère la participation à l’emploi, c'est-à-dire les personnes actives qui travaillent effectivement parmi la population âgée de 15 à 64 ans, l’écart entre la situation des hommes et celle des femmes diminue quelque peu. Le taux d’emploi2  est de 56,7 % chez les hommes et de 48,5 % chez les femmes. En conséquence, on peut déduire que 10 % de la population féminine âgée de 15 à 64 ans est à la recherche d’un emploi pour 15,3 % de la population masculine.

L’analyse du type d’emploi (salarié ou indépendant) exercé par la population active occupée habitant à Bruxelles permet d’affirmer qu’un peu plus d’un homme sur cinq est indépendant à titre principal ou aidant (21,2 %). Chez les femmes, environ une personne sur onze (9,1 %) travaille comme indépendante. Parmi les femmes salariées, près d’un tiers (32,9 %) travaille dans le secteur public. Le rapport équivalent parmi les hommes est d’environ un quart (26,9 %). Aujourd’hui, il y a plus de femmes que d’hommes habitant à Bruxelles qui travaillent dans le secteur public.

La situation des emplois salariés à temps partiel laisse également apparaître des différences entre hommes et femmes sur le marché du travail bruxellois. Les femmes sont plus fréquemment confrontées à ce type d’emploi que les hommes. Près d’une femme sur trois (31,9 %) est employée à temps partiel contre un homme sur huit (13,1 %). En revanche la différence est moins marquée entre les hommes et les femmes lorsqu’on regarde les emplois à contrats temporaires3 . La part des emplois temporaires est estimée à 11,6 % pour les hommes et à 12,7 % pour les femmes.

Enfin, le taux de chômage indique la proportion de personnes sans emploi par rapport à la population active. En Région bruxelloise, il est plus élevé chez les hommes (21,2 %) que chez les femmes (17,0 %) selon les chiffres de l’EFT de 2013. Cependant, une analyse de la durée d’inoccupation sur base des statistiques d’Actiris montre que la proportion des demandeurs d’emplois inoccupés depuis plus d'un an est identique pour les hommes et les femmes : 63 %.

Vous trouverez davantage de statistiques ventilées par sexe et d’indicateurs de genre caractérisant la population en âge de travailler dans la Région de Bruxelles-Capitale sous le thème Marché du travail.

 

Vers les archives...


1. Le taux d'activité représente les forces de travail (personnes ayant un emploi et chômeurs) en pourcentage de la population en âge de travailler (15 à 64 ans).

2. Le taux d'emploi représente les personnes ayant un emploi (salarié ou indépendant) en pourcentage des personnes en âge de travailler (15 à 64 ans).

3. Selon la définition de l’EFT, les contrats temporaires regroupent les contrats intérimaires, les contrats de travail ALE (Agence locale pour l'emploi), les contrats à durée déterminée, les formations, les contrats d’étudiant, le travail occasionnel ou encore les autres formes de contrats temporaires.