Vous êtes ici : Accueil / Glossaire

Glossaire

Glossaire

A - D

 

Accroissement naturel de la population
Différence entre le nombre de naissances et le nombre de décès dans un territoire ou dans une population.  

Actifs occupés
Désigne la population sur le marché du travail ayant un emploi.  

Âges modaux
Âge le plus représenté au sein d'une population. Le mode est la valeur la plus fréquente dans une distribution statistique.

Bilan migratoire
Différence entre les arrivées (ou entrées) et les départs (ou sorties) d'habitants d'un territoire donné. 

Chômage
Inactivité d’une personne effectivement présente sur le marché de l'emploi (en âge et souhaitant travailler de manière rémunérée).

Coefficient de variation
Une mesure de la dispersion relative : il se calcule comme le rapport entre l'écart-type et la moyenne. 

Couronne
Dans la représentation d’une ville selon un schéma concentrique, désigne les quartiers ayant une certaine homogénéité sociale, urbanistique, et formant un anneau à l’intérieur de la ville.  

Croissant pauvre
Zone concentrant depuis plusieurs décennies les populations les moins favorisées sur le plan économique. Elle reprend les quartiers en première couronne nord et ouest, qui sont parmi les plus pauvres de la Région bruxelloise et qui forment un croissant autour du centre-ville. Les quartiers de cette zone sont :

  • à l’intérieur du Pentagone, à l’ouest de la jonction nord-midi plus les Marolles;

  • l’est d’Anderlecht et de Molenbeek-Saint-Jean (entre le chemin de fer et le canal);

  • au nord, la commune de Saint-Josse, l’ouest de Schaerbeek et les zones industrielles le long du canal;

  • au sud, le bas de Saint-Gilles et le bas de Forest.  

Demandeur d’emploi inoccupé (DEI)
Personne sans emploi rémunéré inscrite comme demandeuse d’emploi auprès d’un service public d’emploi (définition Actiris).  

Deuxième couronne
La notion de deuxième couronne correspond aux parties de territoire suivantes : Anderlecht et Molenbeek au-delà de la gare de l'Ouest, Auderghem, Berchem-Sainte-Agathe, Laeken Nord, Neder-Over-Heembeek et Haren, Evere, Ganshoren, Ixelles au-delà du Boulevard Général Jacques, Jette Nord, Schaerbeek au-delà du Boulevard Lambermont, Uccle, Watermael-Boitsfort, Woluwé Saint-Lambert et Woluwé Saint-Pierre. 

Diplôme supérieur
Reprend tous les diplômes de niveau universitaire (types court et long) ainsi que tous les diplômes de l’enseignement supérieur non-universitaire (types court et long).

Retour en haut de page


E - L

 

Écart-type
Mesure la dispersion d'une série de valeurs autour de leur moyenne. 

Écart de genre
Cette notion reflète la différence entre les femmes et les hommes dans tout domaine en termes de degré de participation, d’accès, de droits, de rémunération ou d’avantages. Elle correspond la plupart du temps à une différence entre la valeur affichée pour les hommes et celle affichée pour les femmes (par exemple, la différence entre le taux d’emploi des hommes et celui des femmes).  

Émigration
Désigne la sortie d’un territoire, de personnes originaires de ce territoire vers un autre pour y séjourner et y travailler. 

Encours de crédit
Montant total des crédits octroyés par les établissements bancaires belges aux entreprises non-financières jusqu’à ce jour, et dont le terme n’est pas encore échu.  

Enquête de conjoncture de la BNB
La BNB mène mensuellement des enquêtes qualitatives de conjoncture auprès d’un échantillon de chefs d’entreprise dans le but de se faire une idée de leur appréciation de la situation économique actuelle et à venir.
On y retrouve des questions aussi variées que leur appréciation quant aux stocks et carnets de commande, à l’évolution de ces derniers ou encore à leurs prévisions d’emploi et de demande.
Le calcul de chacune des séries se base essentiellement sur la somme des soldes des réponses (différence entre le pourcentage des participants ayant déclaré une augmentation et ceux signalant une diminution).
Depuis le premier janvier 2007, la taille de l’échantillon relatif à la Région de Bruxelles-Capitale a été augmentée afin de mieux rendre compte des réalités de la Capitale. 

Euros chaînés
« Moyen de mesurer l’évolution en volume après avoir éliminé les effets liés aux variations de prix pour le calcul de divers agrégats économiques (tels que le PIB, les investissements ou la consommation des ménages…) » (Source : Glossaire BNB). 

Évolution en volume/évolution en valeur
« Pour observer l'évolution réelle de l'activité économique (production, consommation,...), il est nécessaire de tenir compte des effets de l'inflation.
On distingue ainsi les évolutions à prix courants (sans correction de l'effet de l'inflation) des évolutions à prix constants (avec correction de l'effet de l'inflation). Dans le premier cas il s'agit d'une évolution en valeur et dans le second d'une évolution en volume » (Source :INSEE). 

Gentrification
Processus désignant le réinvestissement de quartiers historiques délabrés et habités par une population défavorisée, par une population plus aisée, souvent de jeunes adultes sans enfant ayant un statut culturel et/ou économique plus élevé (exemples : quartier des Docks à Londres, rue Antoine Dansaert à Bruxelles).  

Glissement annuel
Une évolution en glissement annuel compare la valeur d’une grandeur à deux dates, séparées d’un an.
Ainsi, à partir de données trimestrielles, le glissement annuel d’une variable X à un trimestre T donné est calculé à partir de la formule suivante :

Taux d'évolution= (XT-XT-1)/XT-1

Glissement trimestriel
Une évolution en glissement trimestriel compare la valeur d’une grandeur à un trimestre d’intervalle. Ainsi, le glissement trimestriel d’une variable X à un trimestre T donné est calculé à partir de la formule suivante :

Taux d'évolution= (XT-XT-1)/XT-1 

Immigration
Désigne l'entrée, dans un territoire, de personnes étrangères au territoire qui y viennent pour y séjourner.  

Indicateur avancé de l’activité économique
L’indicateur avancé de l’activité économique précède de quelques mois l’indicateur coïncident. Par le passé, cette avance était d’un an et demi. Mais depuis la récente crise économique et la dernière révision du PIB régional, son caractère précurseur s’est substantiellement réduit.
La prédiction des développements économiques de la Région reste donc un défi en période de récession. Pour le moment, l’indicateur avancé est construit sur la base du cycle conjoncturel de deux séries qui normalement présentent un caractère précurseur par rapport à la série de référence.
Il s’agit premièrement de la prévision des entrepreneurs du secteur des services aux entreprises concernant leurs activités, d’après l’enquête de la Banque Nationale de Belgique (BNB). Deuxièmement, l’indice des entrées de commandes dans l’industrie selon le SPF Économie est pris en compte. Ces séries ont été choisies car elles sont pertinentes économiquement, disponibles mensuellement et rapidement et présentent un caractère précurseur marqué pour l’évolution du PIB.  De plus, on a ajouté une variable dichotomique qui représente la période de la crise économique. Sa valeur est de 1 à partir de septembre 2008 et de 0 avant cela. 
Il faut noter que, comme pour tout indicateur avancé, c’est la tendance (à la hausse ou à la baisse) plus qu’un chiffre exact à horizon donné qui doit retenir l’attention du lecteur.  

Indicateur avancé du marché du travail
L’indicateur avancé du marché du travail anticipe les variations à court terme de l’inadéquation entre l’offre et la demande de travail au sein de la Région de Bruxelles-Capitale, approchée par la composante conjoncturelle du nombre de demandeurs d’emploi bruxellois.
Il est estimé à partir:

  • de la courbe synthétique de l’activité économique à Bruxelles, calculée par la Banque nationale de Belgique (BNB);

  • des prévisions d’emploi des entrepreneurs dans le secteur de la construction - travaux de génie civil et travaux routiers en Belgique;

  • de la différence entre le nombre d’offres d’emploi reçues et le nombre d’offres d’emploi satisfaites au sein du marché du travail bruxellois, qui
    indique le degré d’adaptation ou de tension existant sur le marché du travail;

  • d’une variable indicatrice intégrant les changements de politiques en matière de chômage survenus entre la mi-2006 et la mi-2007;

Son caractère prévisionnel optimal est de 13 mois.  

Indicateur coïncident de l’activité économique
L’indicateur coïncident de l’activité économique, basé sur des données mensuelles, permet de refléter l’évolution actuelle de l’activité dans la Région de Bruxelles-Capitale.
La disponibilité sur une période plus récente de cet indicateur composite permet de prolonger jusqu’en février 2010 le cycle conjoncturel du Produit Intérieur Brut (PIB) régional, qui n’est, quant à lui, disponible qu’annuellement et avec deux ans de retard.
Afin de calculer cet indicateur, nous utilisons les composantes conjoncturelles des secteurs qui présentent l’évolution cyclique la plus semblable à celle du PIB régional. La production dans la Région de Bruxelles-Capitale est fortement spécialisée dans les services et cet indicateur « coïncident » a été construit de façon à refléter cette structure tertiaire de la Région.
Plus spécifiquement, il agrège les évolutions conjoncturelles du chiffre d’affaires provenant de cinq activités tertiaires (à savoir depuis l’édition de juillet 2009 du baromètre : « commerce de gros », « postes et télécommunications », « activités informatiques », « services auxiliaires des transports » et « activités immobilières ») ainsi que l’évolution conjoncturelle des encours des crédits octroyés par les banques établies en Belgique aux sociétés non financières belges. L’indicateur composite ainsi obtenu concorde avec le cycle conjoncturel du PIB de la Région. Il peut donc servir de série de référence pour l’étape suivante qui vise à établir un indicateur avancé de l’activité économique. 

Interpolation
À partir d’une fonction dont les valeurs sont connues en un certain nombre de points, l’interpolation permet d’approcher la valeur prise par cette fonction en un autre point quelconque compris entre deux points connus. 

Lotissement en ordre ouvert
Ensemble constitué de maisons non mitoyennes (quatre façades), séparées les unes des autres par des dégagements latéraux non bâtis. 

Lotissement en ordre semi-ouvert
Mélange entre des maisons mitoyennes et des maisons trois façades. 

Lotissement en ordre fermé
Désigne les maisons mitoyennes (deux façades).

Retour en haut de page


M - R

 

Modèle ARMA
Un modèle ARMA (Autoregressive moving average) est un modèle économétrique utilisé pour la description et la prédiction de séries chronologiques. On y modélise l’observation courante comme une moyenne pondérée d’un certain nombre d’observations passées plus une moyenne pondérée d’un certain nombre d’erreurs statistiques aux dates passées.

Monitoring des Quartiers
Le Monitoring des Quartiers est un outil dynamique et interactif  permettant de suivre la situation socio-économique des 145 quartiers de la Région de Bruxelles-Capitale, dans le temps et dans l’espace.
Géré par l’IBSA, cet outil a pour objectif de mettre à disposition du public une sélection d’indicateurs caractérisant les dynamiques et les disparités territoriales au sein de la Région de Bruxelles-Capitale, au travers de cartes, tableaux et graphiques.
Il illustre l’état des quartiers de la Région selon différentes thématiques : démographie, logement, marché du travail, revenu, mobilité, santé etc... 

Nationalité
Le fait pour une personne physique ou morale, voire aussi pour une chose, de relever du droit civil d'un État. 

Origine étrangère
Désigne la population née sous une autre nationalité que la belge, ou dont les parents sont issus de l’immigration. 

Pentagone
Zone de Bruxelles située à l’intérieur des boulevards de la petite ceinture. Il s’agit de la ville qui était anciennement protégée par les murs d’enceinte. Le nom de cette zone vient de la forme que dessine le tracé des anciennes murailles. 

Périurbanisation
Phénomène d'extension des villes et de dilution du paysage urbain, la périurbanisation est due à la concentration de l'emploi dans les pôles urbains et au besoin d'espace des habitants qui se sont peu à peu installés en périphérie, faisant ainsi reculer les limites de la ville. 

Plan d’embauche « Win-Win »
En vigueur depuis le 1er janvier 2010, le plan d’embauche « Win-Win » accorde aux employeurs une subvention à l’emploi pouvant aller jusqu’à 1 100 euros par mois pendant au maximum 12 mois ainsi qu’une réduction de cotisations patronales.
Le plan Win-Win court jusqu’à la fin de l’année 2011, mais depuis le 1er janvier 2011, les avantages mentionnés ci-avant sont réduits (durée et montant d’intervention). 

Point de pourcentage
Le point de pourcentage est l’unité de la différence absolue entre deux chiffres exprimés en pourcents. Ainsi, entre un taux de chômage de 12,3 % une année et de 15,6 % une autre, la différence est de 3,4 points de pourcentage. 

Population active occupée
« La population active occupée, telle que définie par le Bureau International du Travail (BIT) comprend les personnes (âgées de 15 ans ou plus) ayant travaillé (ne serait-ce qu’une heure) au cours d’une semaine donnée (appelée semaine de référence), qu’elles soient salariées, à leur compte, employeurs ou aides dans l’entreprise ou l’exploitation familiale. Elle comprend aussi les personnes pourvues d’un emploi mais qui en sont temporairement absentes pour un motif tel qu’une maladie (moins d’un an), des congés payés, un congé de maternité, un conflit du travail, une formation, une intempérie,... Les militaires du contingent, les apprentis et les stagiaires rémunérés font partie de la population active occupée. » (Définition INSEE)
La population active occupée d’une région regroupe l’ensemble des travailleurs résidant dans cette région. À ne pas confondre avec l’emploi intérieur qui recouvre toutes les personnes travaillant sur le territoire, qu’elles y habitent ou non. 

Première couronne
Désigne les quartiers situés entre les boulevards de la petite ceinture et la moyenne ceinture de boulevard Churchill (au sud), les Boulevards militaires (à l’est: Général Jacques, Général Meiser, Brand Whitlock, August Reyers, Generaal Wahis) et les voies de chemin de fer (à l’ouest). Du point de vue communal, on lui associe communément Anderlecht, Etterbeek, Ixelles, Koekelberg, Molenbeek-Saint-Jean, Schaerbeek, Saint-Gilles et Saint-Josse-ten-Noode. De par son extension spatiale, la Ville de Bruxelles est considérée à part. 

Quadrant
Un quadrant désigne communément le résultat de la division en quatre d’une surface. Par exemple, le quadrant sud-est de la Région de Bruxelles-Capitale reprend les quartiers situés dans la moitié Est de la moitié Sud de la Région.

Retour en haut de page


S - Z

 

Seconde ou Deuxième couronne
Le terme seconde couronne désigne les quartiers situés le plus à l’extérieur de la ville, au-delà de la moyenne ceinture de Boulevard Churchill (au sud), les Boulevards militaires (à l’est: Général Jacques, Général Meiser, Brand Whitlock, Auguste Reyers, Generaal Wahis) et les voies de chemin de fer (à l’ouest). Du point de vue communal, on lui associe communément Auderghem, Berchem-Sainte-Agathe, Evere, Ganshoren, Forest, Jette, Uccle, Watermael-Boitsfort, Woluwe-Saint-Lambert et Woluwe-Saint-Pierre. 

Sédentarité
Tendance d’une population à résider au même endroit de manière permanente. 

Ségrégations horizontale et verticale
La ségrégation professionnelle concerne la répartition des tâches entre ceux et celles qui devront les exécuter et implique un processus de différenciation de ces tâches entre les sexes. La ségrégation horizontale renvoie à la concentration de tâches réservées aux femmes dans certains secteurs d’activité ou dans des professions spécifiques. La ségrégation verticale a quant à elle trait à la sous-représentation des femmes dans les niveaux élevés de responsabilité, telle que les femmes ont surtout accès et sont cantonnées dans des emplois subalternes. 

Shift-share
Une analyse shift-share consiste à décomposer un différentiel de croissance global (entre la Région et le Royaume dans notre cas) en deux termes:

  • un premier terme, dit structurel, suppose que les taux de croissance par branche sont ceux observés au niveau national, la différence pour la Région ne venant alors que de la différence des poids des différentes branches dans l’activité économique;

  • un second terme (dit d’efficacité), suppose les poids de chaque branche égaux à ceux observés au niveau régional, la différence venant du différentiel de croissance observé pour chacune des branches.

Le premier terme mesure la part du différentiel de croissance attribuable au fait que la structure d’activité est différente, le second terme mesure la part du différentiel de croissance attribuable aux différences de performance dans les branches à structure constante. 

Sous-emploi
La notion de sous-emploi peut couvrir différents concepts. Dans le cadre de ce dossier, la notion de sous-emploi est liée aux différentes formes d’exclusion de l’emploi. En effet, une frange de la population ne se trouve ni à l’emploi ni au chômage, mais dans des catégories dites inactives. Il s’agit de situations où les personnes ne se retrouvent pas dans les catégories officielles du chômage, comme par exemple : les travailleurs en congé thématique (congé parental, assistance à une personne en soins palliatifs ou à un membre de la famille qui souffre d’une maladie grave) ou en crédit-temps, les chômeurs dispensés pour reprises d’études ou pour des raisons sociales ou familiales…
La notion de sous-emploi peut également être associée aux personnes qui travaillent un nombre d’heures moindre que la durée normale de travail et qui sont à la recherche d’un travail supplémentaire. Cette notion de sous-emploi lié à la durée de travail est utilisée par le Bureau international du Travail. Dans ce dossier, elle a été abordée dans la partie traitant le travail à temps partiel à travers le concept de temps partiel involontaire. 

Surdivision d’un bâtiment
Transformation en plusieurs appartements, meublés ou chambres d'étudiants d'un bâtiment conçu initialement comme une maison unifamiliale. 

Structure spatiale de la Région de Bruxelles-Capitale
Très schématiquement, l’espace bruxellois est, comme pour beaucoup de grandes villes, le produit de la superposition de deux structures fondamentales:

 

  • une structure concentrique, liée au développement historique de l’espace urbain selon un cercle de diamètre croissant et

  • une structure dite en quadrant, liée à la reproduction, tout au long de la croissance de l’agglomération, et sous la contrainte de la rente foncière différentielle, d’un clivage socioéconomique opposant d’une part, le fond de la vallée et son versant occidental à faible pente, à l’origine plus humide, moins salubre et plus populaire, et où viendront se concentrer les développements industriels du XIXème et de la première moitié du 20ème et d’autre part, un quadrant sud-est aisé, vers lequel se sont plus précocement et plus largement étendus les quartiers bourgeois fuyant les quartiers centraux ouvriers, et qui s’est développé de proche en proche au départ de la ville plus aristocratique du versant droit, plus raide, plus salubre, et topographiquement dominant.structure spatiale

Les combinaisons de ces deux structures, ramenées, au sein de la Région, à cinq grands sous-espaces, utilisés, dans cette étude, comme canevas de base: la zone occidentale (en rose), la zone centrale ouest (en rouge), la zone centrale est (en bleu), la zone orientale intermédiaire (en vert) et la zone orientale externe (en jaune). 

 

Taux d'activité
Mesure la part de la population en âge d’activité (entre 18 et 64 ans) étant au travail ou à la recherche d’un emploi.
Dans cette étude, il est défini par le rapport (travailleurs + chômeurs) / (population 18-64 ans). 

Taux de chômage
Mesure la part des chômeurs dans la population active.
Dans cette étude, il est défini par le rapport (chômeurs) / (travailleurs + chômeurs). 

Taux de chômage administratif
Le taux de chômage est le rapport entre la population active inoccupée et la population active totale. Ce taux représente le degré de déséquilibre entre la demande et l’offre de travail. Il peut être calculé par le biais des Enquêtes sur les Forces de Travail, coordonnées par Eurostat, et correspond alors au taux de chômage harmonisé tel que défini par le Bureau international du Travail. Il peut également être calculé à partir de données administratives, soit sur base de l’inscription en tant que « demandeur d’emploi inoccupé » (DEI) auprès d’un service de placement (VDAB, FOREM, ADG ou ACTIRIS en Belgique). On parle alors du « taux de chômage administratif ». 

Taux de création d’entreprises
Le taux de création d'entreprises est le rapport entre d’une part, le nombre de nouveaux assujettis à la TVA et de ré-assujettissements d’entreprises soumises à la TVA et, d’autre part, le nombre moyen d’entreprises actives assujetties à la TVA durant la période considérée. 

Taux de cessation d’entreprises
Le taux de cessation d'entreprises est le rapport entre d’une part, le nombre de cessations d’entreprises soumises à la TVA et, d’autre part, le nombre moyen d’entreprises actives assujetties à la TVA durant la période considérée. 

Taux d’emploi
Le taux d’emploi est défini comme étant le rapport entre la population active occupée et la population en âge de travailler (généralement définie comme étant le nombre de personnes âgées de 15 à 64 ans). 

Taux de risque de pauvreté
Le taux de risque de pauvreté est défini comme étant le pourcentage de personnes vivant dans un ménage dont le revenu équivalent est inférieur à 60% du revenu équivalent médian national.
Le revenu « médian »  est le montant qui divise la distribution des revenus en deux parts égales : la moitié des personnes ayant un revenu au-dessus de la médiane et  l’autre moitié des personnes ayant un revenu en dessous. La notion de revenu « équivalent » réfère au fait que le revenu du ménage est corrigé en fonction de la taille et de la composition du ménage pour rendre le revenu et le niveau de vie qu’il représente comparable entre les diverses compositions familiales. Il est calculé ainsi : un poids de ‘1’ est attribué pour le premier adulte, de ‘0,5’ pour les autres adultes (de 14 ans et plus) et de ‘0,3’ pour les personnes de moins de 14 ans. Cela signifie que le revenu d'un couple avec deux enfants (de moins de 14 ans) est divisé par ‘ 2,1’ (1+0,5+0,3+0,3) pour être comparé avec le revenu d'un isolé. 

Taux Refi ou taux de refinancement
Le taux de refinancement fixé par une Banque Centrale est le taux d’intérêt auquel les institutions financières peuvent emprunter auprès de la Banque centrale. 

Transferts intra– ou extra- familiaux
Transferts financiers liés à la redistribution des revenu du travail, que ce soit au travers de la sécurité sociale (chômage, pension, invalidité …) ou au sein des familles (du travailleurs vers les autres membres du ménage ou de la famille élargie). 

Valeur modale
Dans une série statistique, il s’agit de la valeur que prend le plus souvent une variable. Exemple : si dans un immeuble à appartements, cinq appartements ont deux chambres, un appartement a trois chambres et trois appartements ont une chambre, la valeur modale de la variable « nombre de chambres » est deux.

Retour en haut de page